Mon compte 
Les tarifs de La Poste concernant l'envoi de courrier, lettre, colis, colissimo, etc...
- Timbre 1 sur 1 références  
Retour à la liste › Précédent › Suivant
Centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918, Soulagement du soldat
2,60¤, polychrome
Y&T N°5284
Emis le 12/11/2018
issu du bloc feuillet centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918
Mancolistes / Dispolistes 
Proposé en échange par
Achats / Ventes 
Offre d'achat par
Discussions au sujet de ce timbre 
Aucune discussion sur ce timbre n'est ouverte
Variétés ou particularités
Aucune variété référencée
Oblitérations
Aucune oblitération référencée
Comparaison Timbres similaires - A ne pas confondre 
Centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918, Soulagement du soldat
Y&T N°5284
2,60¤ polychrome
Emis le 2018
issu du bloc feuillet centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918
Timbre  Y&T N°F5284
Bloc-feuillet "Centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918"
Y&T N°F5284
5,20¤ polychrome
Emis le 2018
Le 7 novembre 1918, des plénipotentiaires allemands franchissent les lignes françaises pour négocier la fin des combats. Conduits nuitamment dans une clairière de la forêt de Compiègne, à proximité de Rethondes, les négociateurs ennemis sont reçus avec sévérité, le 8 au matin, dans le wagon-salon du maréchal Foch. Ce dernier leur donne 72 heures pour accepter les conditions des Alliés. Le 11 novembre, à 5 h 12 du matin, l’armistice est signé. Il prendra effet à 11 heures. Foch quitte alors la clairière de Rethondes après avoir posé pour une photo qui immortalise l’événement. Dans la serviette de cuir vert qu’il tient sous son bras gauche, il a placé le texte par lequel l’Allemagne reconnaît sa défaite. Aussitôt averti, le président du Conseil, Georges Clemenceau, pleure silencieusement. C’en est donc fini de la grande boucherie, et la France est victorieuse.
Sur le front, où les combats font rage jusqu'à la dernière minute, pas de manifestation de joie exubérante, juste un grand soulagement, presque un ahurissement. À Paris, comme dans les grandes villes de France, au contraire, c’est une scène extraordinaire. À 11 heures, les cloches des églises se mettent à sonner à toute volée, les sirènes des usines et des pompiers leur répondent et la foule envahit les rues, chante à tue-tête la Marseillaise et brandit les drapeaux alliés. On s’embrasse, on pleure et on rit à la fois. Des cortèges s’improvisent, on frappe sur des casseroles, on brûle des mannequins à l’effigie du kaiser Guillaume II et les villes se pavoisent des trois couleurs. Avec la victoire, c’est la mort de la guerre que l’on fête : il n’y en aura plus jamais d’autres, croit-on.
Clemenceau, surnommé le « Père la Victoire », est moins enthousiaste. Il confie : « Nous avons gagné la guerre ; maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être plus difficile. »
Timbres similaires - A ne pas confondre 
Timbre  Y&T N°F5284
Y&T N°F5284
2018 - 5,20¤, polychrome
Le 7 novembre 1918, des plénipotentiaires allemands franchissent les lignes françaises pour négocier la fin des combats. Conduits nuitamment dans une clairière de la forêt de Compiègne, à proximité de Rethondes, les négociateurs ennemis sont reçus avec sévérité, le 8 au matin, dans le wagon-salon du maréchal Foch. Ce dernier leur donne 72 heures pour accepter les conditions des Alliés. Le 11 novembre, à 5 h 12 du matin, l’armistice est signé. Il prendra effet à 11 heures. Foch quitte alors la clairière de Rethondes après avoir posé pour une photo qui immortalise l’événement. Dans la serviette de cuir vert qu’il tient sous son bras gauche, il a placé le texte par lequel l’Allemagne reconnaît sa défaite. Aussitôt averti, le président du Conseil, Georges Clemenceau, pleure silencieusement. C’en est donc fini de la grande boucherie, et la France est victorieuse.
Sur le front, où les combats font rage jusqu'à la dernière minute, pas de manifestation de joie exubérante, juste un grand soulagement, presque un ahurissement. À Paris, comme dans les grandes villes de France, au contraire, c’est une scène extraordinaire. À 11 heures, les cloches des églises se mettent à sonner à toute volée, les sirènes des usines et des pompiers leur répondent et la foule envahit les rues, chante à tue-tête la Marseillaise et brandit les drapeaux alliés. On s’embrasse, on pleure et on rit à la fois. Des cortèges s’improvisent, on frappe sur des casseroles, on brûle des mannequins à l’effigie du kaiser Guillaume II et les villes se pavoisent des trois couleurs. Avec la victoire, c’est la mort de la guerre que l’on fête : il n’y en aura plus jamais d’autres, croit-on.
Clemenceau, surnommé le « Père la Victoire », est moins enthousiaste. Il confie : « Nous avons gagné la guerre ; maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être plus difficile. »


Les Encheres ebay actuelles 
Les Encheres ebay (oblitere) actuelles 
Image agrandie